Le cœur… fantastique !

Vintage

Je l′observais depuis une quinzaine de jours. Je l′avais exposée dans mon petit laboratoire chauffé pour la garder dans les mêmes conditions qu′à l′endroit où je l′avais trouvée, en Équateur, dans une forêt appelée “Bosque de Desgracias”.
Même après deux semaines d′études poussées pour lesquelles je restais jour et nuit dans mon laboratoire, j′étais toujours aussi surpris par sa morphologie. Tous les matins, je m′agenouillais devant elle, elle m′obnubilait. La plante, que j′avais baptisée “Cor purpurea” à cause de son petit coeur pourpre et de ses pétales démesurément grands par rapport à lui, ne bougeait pas. Seul mon souffle d′émerveillement faisait vibrer ses pétales. A force de la regarder, j′étais comme absorbé par son coeur. Il était très expressif grâce à ses taches jaunes qui lui donnaient une sorte de regard ! Elle avait le pouvoir de me captiver pendant des heures entières.
Il m′arrivait parfois de la croire vivante, et lorsque je tournais le dos, je ressentais une sorte de présence derrière moi, mais dans ces moments là, je faisais appel à ma raison pour garder les pieds sur terre. J′étais un scientifique, je ne croyais pas à l′anormal, il n′y avait donc pas d′être animé derrière moi !
Cependant quelque chose me chagrinait chez cette plante. Était-ce cela qui m′incitait à la garder ? De toute façon, une plante, c′était inoffensif.
Or, un matin, l′incroyable se produisit. Le soir précédent, j′avais été invité à une fête où j′avais bu quelques chopes de bières et flûtes de champagne. Cela m′avait fait tourner la tête et m′avait enivré. On avait dû me ramener chez moi pour qu′il ne m′arrive aucun malheur. Donc ma voiture étais restée sur place.
Ce matin là, donc, je m′habillais pour aller la chercher chez mon ami, lorsque j′eus à nouveau cette sensation d′une présence derrière mon dos. Mais cette fois-ci, c′était différent, j′avais un mauvais pressentiment. Je regardais partout autour de moi pour voir si personne n′était là ou si quelque chose avait changé. Je dus observer à trois reprises avant de remarquer ce qui venait d′arriver : la plante avait bougé, elle avait changé de position ! Elle était... vivante. J′étais estomaqué. A ce moment précis, elle déploya ses gigantesques pétales... Elle se déracina et commença à se déplacer. Je n′en croyais pas mes yeux ! Et d′un geste mal assuré et tremblant, j′attrapai mes lunettes.
Il était vrai que je n′avais pas beaucoup dormi cette nuit là.  C′était sans doute un effet de la fatigue ou bien de l′alcool que je ne supportais pas très bien. Mais j′étais sûr d′une chose, je ne rêvais pas, car en me reculant, je me cognai à une des poutres de la mansarde du laboratoire, et je sentis bel et bien la bosse.
Une foule de questions me traversèrent l′esprit, ce qui ne faisait qu′accroître mon affolement. La plante s′approchait de moi, et plus elle avançait, plus mon coeur s′accélérait. Elle n′était bientôt plus qu′à un mètre de moi. Je restais immobile, pétrifié devant un phénomène qui dépassait de loin l′imagination. Et pourtant, c′était bien la réalité