Bousie… la vache !
 
Meuh

Bousie la vache soulève avec difficulté une paupière aussi lourde qu′un tracteur.
— Salut Tita… Comment vas-tu ? bredouille Bousie.
Tita la mouche est la meilleure copine de Bousie. Elle est posée tout près de l′œil gauche de la petite vache. C′est elle qui l′a réveillée en la chatouillant avec ses pattes. Une drôle de lumière verte les éclaire. Bousie a l′impression que ses cils pèsent autant que des troncs d′arbres.
— C′est plutôt à toi de me dire comment tu vas ! s’exclame Tita en volant dans tous les sens. Ils t′avaient branché des tuyaux partout ! Ensuite ils t’ont mise dans une drôle de machine qui clignotait et quand tu en es ressorti, ils ont dit que tu étais guérie ! Pourtant moi j′ai bien cru que tu ne te réveillerais plus jamais !
Tita paraît affolée.
Bousie est allongée sur un lit. Ce n’est pas un lit ordinaire. Aucun pied ne le relie au sol. Il est simplement suspendu en l’air.
— Qu′est-ce que je fais là, dans cette chambre d’hôpital ? demande Bousie d′une voix inquiète. Je ne suis pas un être humain… Je suis une vache… Ce sont les êtres humains qui sont hospitalisés ! Mais dis-moi Tita… Pourquoi cette fenêtre est-elle toute ronde… ?
— Ce n’est pas une fenêtre, lui répond Tita. C’est un hublot.
— Un hublot ! s’exclame Bousie. Je suis dans un sous-marin alors… Ce sont les sous-marins qui ont des hublots !
— Mais non, dit Tita. Tu n’es pas dans un sous-marin. Et tu n’es pas dans un hôpital non plus…
Un bruit interrompt Tita. La mouche est prise de panique et s’envole sans terminer sa phrase. La petite vache a à peine le temps de tourner la tête que quelqu’un est déjà devant elle. Le nouvel arrivant a les yeux montés sur pédoncules comme les escargots. Bousie devine que c’est une dame à cause du rouge à lèvres qui colore sa bouche.
— Alors ça… murmure tout bas Bousie. Je suis dans une soucoupe volante…

L′histoire complète est ici !